Actualités    ACUBO      Au Pays Bomboma Membres - Adhésion Dictionnaire
         
Forum Projets Evènements - Reportages Partenaires - Donnation Contact
Bomboma
pour être publier
 
 
 
 
Tensions au Cachemire : "en geste de paix", le Pakistan libérera demain le pilote indien capturé
du Jeudi 28/02/2019 à 17:07
publiée par Maufranc Mongai

EN DIRECT - Tensions au Cachemire : "en geste de paix", le Pakistan libérera demain le pilote indien capturé 

International

ASIE - Plusieurs opérations militaires ont eu lieu à la frontière indo-pakistanaise, dans la région du Cachemire, depuis le mardi 26 février. Alors qu'un pilote indien a été capturé, le Pakistan se dit prêt ce jeudi à le libérer pour conduire à la "désescalade" réclamée par de nombreux pays. Suivez les dernières informations en direct.

28 févr. 10:30 - La rédaction de LCI

 

DÉCRYPTAGE 

 

Les opérations militaires menées par le Pakistan et l'Inde sont-elles les prémices d'une nouvelle guerre entre ces deux puissances nucléaires ? Quels intérêts - sécuritaires mais aussi politiques - cache ce regain de tensions ? Peut-on espérer une "désescalade", réclamée par plusieurs pays dont la France ce mercredi ? LCI a posé la question à Charlotte Thomas, docteure en sciences politiques et directrice du programme pour l'Asie du Sud au sein du collectif de chercheurs indépendant "Noria".

Tensions militaires entre l'Inde et le Pakistan : que cache cette escalade ?

 

L'Inde reste sur ses gardes malgré l'annonce d'Islamabad de libérer le pilote indien capturé mercredi.

 

"Nous sommes pleinement préparés et à un stade accru de réactivité pour répondre à toute provocation du Pakistan", a déclaré le général de division Surendra Singh Mahal, au cours d'une conférence de presse à New Delhi de hauts officiers des trois corps de l'armée indienne.

APAISEMENT

Le Pakistan confirme son geste d'apaisement. Islamabad libérera vendredi le pilote de l'armée de l'air indienne capturé mercredi, a annoncé jeudi le Premier ministre Imran Khan devant les parlementaires pakistanais. "En geste de paix, nous libérerons le pilote indien (demain)".

DERNIÈRE MINUTE

Le Pakistan se dit prêt, par la voix de son ministère des Affaires étrangères, à libérer le pilote indien capturé mercredi pour faire baisser les tensions. "Nous sommes prêts à remettre le pilote indien si cela conduit à la désescalade", a indiqué un porte-parole.

DÉCRYPTAGE 

Les opérations militaires menées par le Pakistan et l'Inde sont-elles les prémices d'une nouvelle guerre entre ces deux puissances nucléaires ? Quels intérêts - sécuritaires mais aussi politiques - cache ce regain de tensions ? Peut-on espérer une "désescalade", réclamée par plusieurs pays dont la France ce mercredi ? LCI a posé la question à Charlotte Thomas, docteure en sciences politiques et directrice du programme pour l'Asie du Sud au sein du collectif de chercheurs indépendant "Noria".

Tensions militaires entre l'Inde et le Pakistan : que cache cette escalade ?

 

INDE 

Le Premier ministre indien Narendra Modi appelle ses concitoyens à l'unité nationale, leur demandant de "faire mur" contre l'"ennemi". "Amis, lorsque l'ennemi essaye de déstabiliser l'Inde (et) de perpétrer une attaque terroriste, un de leurs buts est que le rythme et le progrès de notre pays s'arrêtent", a déclaré le dirigeant nationaliste hindou lors d'une vidéo-conférence avec des militants de son parti à travers le pays. "Face à leur but, chaque Indien devrait faire mur, être solide comme un roc", a-t-il dit, sans désigner précisément cet "ennemi".

 

"L'Inde vivra unie. L'Inde travaillera unie. L'Inde grandira unie. L'Inde se battra unie. L'Inde gagnera unie", a aussi lancé le chef de gouvernement qui cultive une image d'homme fort et briguera un second mandat au printemps.

CONSÉQUENCES AÉRIENNES

Des milliers de vacanciers étaient bloqués à l'aéroport de Bangkok au lendemain de la fermeture de l'espace aérien du Pakistan. Si la compagnie Thai Airways a été autorisée à survoler la Chine, les vols devaient reprendre normalement ce jeudi. Une trentaine de vols, la plupart en provenance ou à destination de l'Europe, qui devaient transporter près de 5000 passagers, ont été affectés, a annoncé le transporteur thaïlandais. Mais la compagnie, après s'être vu opposer un refus de survoler l'Iran, va pouvoir opérer de nouveau ce jeudi, ces appareils ayant été autorisés à traverser l'Empire du Milieu. En attendant, la frustration commençait à grandir parmi les passagers bloqués à l'aéroport international de Suvarnabhumi.

MISE EN GARDE

Le chef de la diplomatie chinoise, Wang Yi, a mis en garde l'Inde et le Pakistan contre une escalade des tensions, lors d'un entretien téléphonique avec son homologue pakistanais. Il a fait part de "sa profonde inquiétude" après les combats qui ont opposé l'armée de l'air des deux puissances nucléaires.

FRONT COMMUN

Le Royaume-Uni, la France et les Etats-Unis ont demandé mercredi aux Nations unies d'imposer des sanctions contre Masood Azhar, le dirigeant du groupe islamiste Jaish-e-Mohammed (JeM), établi au Pakistan et responsable de la mort d'au moins 40 paramilitaires indiens.

REPROCHES 

L'ambassadeur du Pakistan à Washington a déploré mercredi que les Etats-Unis n'aient pas clairement mis en cause l'Inde pour le regain de tension au Cachemire, estimant que la position américaine avait "enhardi" les autorités indiennes.

DÉCRYPTAGE

Tensions militaires entre l'Inde et le Pakistan : que cache cette escalade ?

 

EXODE 

 

Des milliers d'habitants fuient les villages au Cachemire Indien et Pakistanais, craignant un nouveau conflit. Au moins 2.000 personnes ont évacué les districts frontaliers de Kotli et de la vallée de Jhelum, côté pakistanais, a-t-on appris auprès de responsables, qui ont annoncé la fermeture des écoles publiques de la zone. L'exode a aussi frappé d'autres districts.

 

"De plus en plus de personnes quittent leurs maisons et se rendent dans des endroits plus sûrs", a déclaré Umar Azam, un fonctionnaire à Kotli. Internet a également été coupé dans certains territoires près de la frontière, ce qui est souvent un signe de forte activité militaire. Femmes, hommes et enfants, portant sacs et valises, étaient visibles sur les routes. Certains étaient accompagnés de leur bétail.

 

Côté indien, les habitants font également état de bombardements intensifs après une nuit où les obus ne sont pas tombés loin des villages. A Poonch, plus au sud de la Ligne de contrôle, les autorités ont demandé aux habitants de préparer des bunkers, même si aucune victime n'y a été recensée à ce stade.

 

Certains ont entrepris, seaux à la main, de vider l'eau ayant noyé ces abris souterrains après un hiver rigoureux. D'autres ont quitté leurs maisons. "Cela arrive régulièrement", observe l'un d'entre eux, qui a requis l'anonymat. "Mes proches savent que ma famille va arriver".  D'après Baseer Khan, un haut responsable gouvernemental du Cachemire indien, les autorités sont toujours prêtes à évacuer les habitants de la frontière, mais aucun ordre n'a pour l'instant été donné en ce sens.

ON FAIT LE POINT 

Les relations entre l'Inde et le Pakistan se sont détériorées depuis ce mardi 26 février. Il s'agit de la première crise diplomatique majeure pour le dirigeant pakistanais Imran Khan, entré en fonction l'été dernier et qui avait jusqu'ici plaidé pour le dialogue avec New Delhi. Quant à Narendra Modi, premier ministre indien, il est sous pression pour venger l'attentat du 14 février dernier. 

LES FAITS

- L'armée indienne a annoncé avoir mené un raid meurtrier sur le territoire pakistanais contre un camp d'entraînement du mouvement islamiste Jaish-e-Mohammad (JeM), qui a revendiqué un attentat-suicide ayant tué une quarantaine de paramilitaires indiens, le 14 février dernier. 

 

- Le Pakistan a "abattu" deux avions indiens à l'intérieur de son espace aérien, a affirmé mercredi un porte-parole de l'armée sur Twitter. "En réponse à des frappes de l'armée de l'air pakistanaise ce matin (...) l'armée de l'air indienne a traversé la Ligne de contrôle" qui sert de frontière de facto entre Inde et Pakistan dans la région disputée du Cachemire, indique le général Asif Ghafoor.

- Le Pakistan a publié une vidéo rapidement retirée, du pilote indien capturé. 

LA SITUATION EST TENDUE 

- La situation demeure également très tendue le long de la Ligne de contrôle, frontière de facto au Cachemire. Quatre personnes, dont deux enfants, ont été tuées mardi dans un échange de tirs entre militaires indiens et pakistanais près de la Ligne de contrôle. Plus de 2.000 personnes ont fui leur domicile côté pakistanais à la suite des tirs, ont indiqué des responsables pakistanais à l'AFP.

LES RÉACTIONS 

 -La communauté internationale appelle à la désescalade et à la retenue. 

- De nombreux vols commerciaux ont été annulés ou déviés en raison de la fermeture de l'espace aérien "jusqu'à nouvel ordre". 

VIDÉO 

 

Les images de l'avion abattu 




 
Pour REAGIR à cette news connectez-vous. (si déjà Membre), sinon rejoignez nous



Soyez le premier à réagir à cette news.

Retour